SIMMO E NAPULE PAISA (P. Fiorelli, N. Valente)


Tarantella, facennoce 'e cunte,
nun vale cchiù a niente
'o ppassato a penzá...
Quanno nun ce stanno 'e tramme,
na carrozza è sempe pronta
n'ata a ll'angolo sta giá:
Caccia oje nénna 'o crespo giallo,
miette 'a vesta cchiù carella,
(...cu na rosa 'int' 'e capille,
saje che 'mmidia 'ncuoll' a me...)
Tarantella, facènnoce 'e cunte,
nun vale cchiù a niente
"'o ppeccomme e 'o ppecché..."


Basta ca ce sta 'o sole,
ca c'è rimasto 'o mare,
na nénna a core a core,
na canzone pe' cantá...
Chi ha avuto, ha avuto, ha avuto...
chi ha dato, ha dato, ha dato...
scurdámmoce 'o ppassato,
simmo 'e Napule paisá!...

Tarantella, stu munno è na rota:
chi saglie 'a sagliuta,
chi sta pe' cadé!
Dice buono 'o mutto antico:
Ccá se scontano 'e peccate...
ogge a te...dimane a me!
Io, nu poco fatto a vino,
penzo ô mmale e penzo ô bbene...
ma 'sta vocca curallina
cerca 'a mia pe' s''a vasá!
Tarantella, si 'o munno è na rota,
pigliammo 'o minuto
che sta pe' passá...
Tarantella, 'o cucchiere è n'amico:
Nun 'ngarra cchiù 'o vico
addó mm'ha da purtá...
Mo redenno e mo cantanno,
s'è scurdato 'o coprifuoco,
vò' surtanto cammená...
Quanno sta a Santa Lucia,
"Signurí', - nce dice a nuje -
ccá nce steva 'a casa mia,
só' rimasto surtant'i'..."
E chiagnenno, chiagnenno, s'avvía...
...ma po', 'a nustalgía,
fa priesto a ferní...



Tarentelle, en faisant les comptes
Cela ne vaut rien
de penser au passé
Quand il n'y a pas de tram
un carrosse est toujours prêt
et un autre se prépare
Prépare, O femme l'écharpe jaune
Mets-toi la veste la plus belle
(...Avec une rose dans les cheveux
tu verras comme je deviendrai jaloux...)
Tarentelle, en faisant les comptes
Cela ne vaut rien
" le pourquoi et le comment..."

Refrain:
Tant qu'il y a du soleil
qu'il nous reste la mer
une fille près du cœur
et une chanson à chanter
qui a eu, a eu, a eu
Qui a donné, a donné, a donné
oublions le passé
nous sommes tous Napolitains

Tarantella, ce monde est une roue :
ceux qui montent la colline,
et ceux qui vont tomber
Comme le dit bien l'ancien proverbe
ici on paye nos péchés...
aujourd'hui c'est toi... demain c'est moi !
Moi, un peu ivre,
je pense le mal et je pense le bien...
mais ta bouche de corail
cherche la mienne pour l'embrasser
Tarentelle, si ce monde est une roue
cueillons la minute
qui va arriver..

Refrain

Tarentelle, le cocher est un ami :
Il ne retrouve plus l'allée
où il doit me porter...
En riant et en chantant,
il a oublié le couvre-feu,
il veut juste se promener
arrivé à Santa Lucia
il nous dit « messieurs-dames 
ici il y avait ma maison
il ne reste que moi... »
et en pleurant il s'en va
…mais après, la nostalgie
très vite s'évanouit.

Refrain

Chanson de 1944
Disperato, 2017 
Enregistrer un commentaire